Judo : les actualités du judo en France et dans le monde - Interview

Stéphanie Possamaï : 'j'ai été présente à chaque fois' Interview / mercredi 27 fevrier 2008 / source : alljudo.net


Après sa deuxième place au tournoi de Hambourg, Stéphanie Possamaï revient sur sa performance et sur sa lutte à distance avec Céline Lebrun.

Bonjour Stéphanie, tu viens de te classer deuxième à Hambourg, tu penses avoir pris l’avantage sur Céline Lebrun (7e) ?
Oui, quand même un peu. Il fallait être présente à chaque fois, et c’est ce que j’ai fait. A Hambourg, nous perdons toutes les deux contre la Chinoise, mais Céline perd contre la Tunisienne Miled que j’avais battu à Paris. Maintenant, si je fais les Championnats d'Europe, il faudra faire une performance pour être sûre d’aller aux Jeux.

Un mot sur ce tournoi d’Allemagne ?
J’ai essayé de ne pas trop me mettre de pression, même si je savais que, après Paris, Hambourg allait être décisif. La présence de ma sœur Gaëlle, qui a eu envie de venir me soutenir, m’a bien aidée. Comme elle le dit, ‘l’énergie qu’elle ne peux pas utiliser sur le tapis, elle me la transmet.’ Ensuite, sur les combats, cela s’est bien passé et je me suis libérée. Au premier tour, je bats la Biélorusse Tsimashenka que j’avais déjà battue. Ensuite je rencontre une Serbe, que je ne connaissais pas, mais qui avait mis un bel ippon au premier tour. Je suis restée vigilante et je gagne sur kata-guruma. En quart de finale, je prends l’Algérienne Madani, qui est assez pénible, d’autant plus qu’elle s’était entraînée à Paris les semaines précédentes, et qu’elle m’avait posé des problèmes à l’entraînement. Puis, en demi-finale, je rencontre la Japonaise Nakazawa, deux fois vice-championne du monde, et qui m’avait battu à la Coupe Kano il y a deux ans. Je voulais absolument gagner car sinon je risquais de rencontrer Céline en place de troisième. J’ai fait un bon combat, j’ai trouvé l’ouverture sur kata-guruma et, d’après ce que les entraîneurs m’ont dit, je l’ai vraiment dominée. C’est bien, cela montre que personne n’est invincible.

Un mot sur la Chinoise Liu qui te bat en finale ?
Je n’ai pas revu les images mais je crois qu’elle me met un sacré pion. Je savais qu’elle faisait ippon-seoi-nage debout, à droite, mais j’ai fait l’erreur de venir une fois en droitière, car je n’arrivais pas à m’installer à gauche, et elle en a profité. Maintenant je me dis qu’il vaut mieux perdre ici contre elle, qu’aux Jeux. Elles sont plusieurs Chinoises à être très fortes. Il y a Liu, il y a aussi celle qui a gagné Paris, et c’est peut-être une troisième qui va sortir du chapeau.

Comment ça se passe avec Céline Lebrun ?
On ne se côtoie pas trop. En plus de la concurrence, nous n’avons pas le même caractère, pas la même personnalité.

Est-ce que cette concurrence est bénéfique d’un point de vu sportif ?
C’est une source de motivation. Mais si il n’y avait pas la concurrence avec Céline, la motivation serait quand même présente. Maintenant, c’est vrai que cette situation de concurrence oblige à se dépasser tout le temps, à la Coupe Kano par exemple, lorsqu’elle a battu Laborde en demi-finale, je voulais absolument battre la Cubaine en place de troisième.

Quel va être ton programme maintenant dans les semaines à venir ?
Nous avons maintenant une semaine de repos. Je vais en profiter pour redescendre à Bordeaux dans ma région, où je vais me reposer et recharger avant les quatre semaines de préparation pour les championnats d’Europe.


Liens Utiles Le palmarès de Stéphanie Possamaï



Réagir à cet article