Judo : les actualités du judo en France et dans le monde - Article

Qui aux Jeux en moins de 60 kg ? Article / mercredi 4 juin 2008 / source : alljudo.net


Plus de deux mois après l’annonce de la sélection française pour Pékin, le titulaire en moins de 60 kg n’est toujours pas connu. Pourtant, de tournois en poules de sélections, l’étau se resserre. Etat des lieux.

Déçue par les prestations des moins de 60 kg français, Brigitte Deydier, et le comité de sélection, avaient décidé, fin avril, de remettre les compteurs à zéro pour tous les prétendants à la place de titulaire pour Pékin. Elle avait expliqué à l’époque qu’elle attendait "qu’un athlète arrive avec la volonté et l'envie nécessaire pour relever le challenge olympique" et qu’elle se réservait "le droit de n'envoyer personne" si tel n'était pas le cas.

Depuis, deux mois ont passés, et les sélectionneurs commencent à y voir un peu plus clair. Au rang des éliminés on compte Jérôme Guyot (blessé), ainsi que Sofiane Milous, Jean-Marc Boutet et Jérémy Cadoux-Duc qui ont été dominés lors des deux poules de sélections disputées à l’Insep. Il reste ainsi quatre candidats en course : Farid Ben Ali, Dimitri Dragin, David Larose et Cyril Soyer.

Ben Ali, la surprise du chef ?

Les plus : il est en phase ascendante et semble ne douter de rien comme le prouve sa victoire lors de la deuxième poule de sélection. Son judo d’attaque, plutôt rafraîchissant dans une catégorie ou les ramasseurs de jambes sont légions, pourrait taper dans l’œil des sélectionneurs.

Les moins : il est très inexpérimenté au niveau international, et il ferait figure de petit poucet dans le tableau olympique. Sa sortie à Moscou n’a pas rassuré sur ses capacités à affronter la concurrence internationale, puisqu’il s’est incliné dès le premier tour face à un jeune Géorgien sans référence.

Dragin, la crise de confiance

Les plus : son explosivité et son potentiel offensif lui ont permis de décrocher la qualification olympique. Depuis 2006, il est celui qui présente le meilleur bilan au niveau international dans la catégorie, avec deux victoires et deux médailles de bronze en tournoi World Cup. Dans un bon jour il peut aller chercher une médaille olympique.

Les moins : depuis plusieurs mois, il évolue loin de son meilleur niveau. Il a même touché le fond lors des championnats d’Europe en se faisant éliminer dès le premier tour par un modeste combattant chypriote. S’il a évoqué le type de préparation, pas assez basé sur l’explosivité et la vitesse selon lui, comme l’une des causes de sa méforme, il semble en pleine crise de confiance.

David Larose, le coup de poker

Les plus : en redescendant en quelques semaines en moins de 60kg, il a prouvé sa détermination et il a signé de bonnes prestations lors des poules de sélection (deux fois deuxième). Au cours des dernières années, il a battu, plusieurs des favoris pour le titre olympique, comme le Japonais Hiraoka, le Géorgien Khergiani ou le Néerlandais Mooren. Ses qualités physiques sont exceptionnelles.

Les moins : il peine pour descendre à 60 kg, et lors de la dernière compétition qu’il a disputé à ce poids, les championnats de France 1e division 2007, il avait semblé extrêmement affaibli par le régime. On lui a parfois reproché son attitude nonchalante.

Cyril Soyer, la dernière chance

Les plus : judoka talentueux, il est, techniquement, la référence de la catégorie au niveau national. A 30 ans, son expérience des grands rendez-vous peut-être un atout précieux pour aborder cette compétition particulière que représente les jeux Olympiques. Pour mémoire, les deux finalistes d’Athènes, Khergiani et Nomura avaient respectivement 29 et 30 ans, en 2004.

Les moins : capable du meilleur comme du pire, son irrégularité est son plus gros défaut. A l’aise face aux combattants classiques, il a beaucoup plus de mal face aux ‘judokas-lutteurs’.

Ces quatre combattants devraient disputer le tournoi de Braunschweig (GER) les 5 et 6 juillet prochains. Il y a fort à parier, que le résultat en Allemagne pèsera lourd dans la balance, même si l’encadrement annonce également qu’il tiendra compte de l’engagement à l’entraînement.


Résultats de la 2e poule de sélection

Réagir à cet article