Judo : les actualités du judo en France et dans le monde - En bref

L'IJF fait la promotion du judo en Iran En bref / mercredi 23 mai 2018 / source : alljudo


Sur le modèle des rencontres déjà effectuées en Chine en 2014, puis au Canada, en Australie et enfin en Inde, la Fédération Internationale de Judo et la Fédération Iranienne de Judo viennent de terminer avec succès un grand voyage éducatif de judo à travers l'Iran.

Pendant deux semaines, une délégation de champions et d'experts internationaux a parcouru le pays pour rencontrer des centaines de judoka, hommes et femmes, et s'est concentrée sur la promotion des valeurs éducatives et de formation du judo, en particulier auprès des jeunes.

Présente en tant qu'expert de la FIJ, Gevrise Emane, triple champion du monde, médaillée de bronze olympique et membre de la commission Judo for Peace de l'IJF, avait pour mission de promouvoir le judo pour les femmes. Même si l'Iran est plus connue pour ses athlètes masculins, au cours des dernières années, de nombreuses jeunes femmes ont commencé à émerger au niveau continental et il existe désormais une volonté nationale de développer le judo féminin. Les sessions dirigées par Gevrise et organisées dans les environs de Téhéran et d'Ispahan ont été un succès populaire.

Le Hongrois Miklos Ungvari, trois fois médaillé mondial et vice-champion olympique, était également du voyage, après sa participation active en 2016 en Inde et au Népal. Son engagement total et sa bonne humeur ont ravis les judokas présents qui l'ont sollicité pour de longues séances de photos dignes d'une rock-star.

Cela démontre la popularité du judo en Iran. Chaque étape, aussi bien dans la capitale, que dans les villes touristiques et historiques d'Ispahan et de Chiraz, dans la ville sainte de Mashhad, dans les petites villes du nord-est du pays ou sur la côte de la mer Caspienne, ont suscité l'engouement de judokas accueillants et enthousiastes.

Depuis plusieurs années l'Iran place régulièrement des athlètes sur les podiums internationaux, le dernier étant Javad Mahjoub, deuxième du récent Grand Prix de Tbilissi et du Grand Prix d'Antalya en Turquie début avril dernier (+ 100kg). Depuis que Mohammad Derakhshan (également membre de la commission de l'éducation de la FIJ) a pris la présidence de la fédération iranienne, le rythme des bons résultats semble s'accélérer.

Les racines du judo en Iran remontent à une soixantaine d'années, lorsqu'il entrait pour la première fois dans les forces armées. Peu à peu, il s'est développé à Téhéran avant de s'étendre au reste du pays, notamment sous l'impulsion des étudiants qui apprenaient le judo dans la capital durant leurs études avant de repartir dans les différentes provinces du pays. C'est en 1975 que la Fédération est créée et les premiers championnats nationaux sont organisés en 1976.

L'Iran apparaît pour la première fois dans les classements internationaux aux Championnats du Monde Militaires de Strasbourg en 1978, avec la médaille de bronze du poids lourd de Saif Javaheri.

Après les premières médailles continentales il faut attendre les championnats du monde de Muniche en 2000, pour voir Seyed Mahmoud Miran Fashandi remporté la première médaille mondiale iraniennne, en +100kg. Vingt-quatre heures plus tard, Arash Mirasmaeili remporte la médaille d'or en -66 kg, devenant du même coup un véritable héros national. Il parvient même, deux ans plus tard, à conserver sa couronne à Osaka, au Japon. À ces deux titres, il faut ajouter deux autres médailles mondiales de bronze remportées en 2005 au Caire et en 2007 à Rio.

Si au cours de la dernière décennie, le développement du judo en Iran a été ralenti, une nouvelle dynamique semble se créer, avec notamment la médaille de bronze remportée par Saeid Mollaei à Budapest aux championnats du monde l'année dernière. Le judo iranien amorce son retour sur le devant de la scène et de nouvelles subventions lui ont été allouées, notamment pour lui permettre de remplir son rôle éducatif.

La Fédération Iranienne reste très attachée à l'éducation et aux valeurs sociales du judo qui sont un axe majeur du développement, et c'est dans cet optique que c'est déroulée la tournée qui vient de s'achever. Aujourd'hui, l'Iran compte plus de 40 000 judokas disséminés sur le territoire, dans les grandes villes, ainsi que dans des communautés plus petites et plus isolées. Dans ce contexte d'expansion, la pratique des femmes est devenue un objectif assumé par les dirigeants de la Fédération. Les autres axes de développement prioritaires sont l'arbitrage et le kata.
L'Iran qui souhaite s'ouvrir sur les activités culturelles et sportives des autres continents, peut se targuer d'avoir des champions dans de nombreuses disciplines : on peut citer Ali Reza Fatehi, connu mondialement pour ses talents au poker, ou encore Sardar Azmoun joueur du Club russe de football de Rostov, sans oublier les judokas.

Le voyage éducatif du judo à travers l'Iran a été un veritable succès qui illustre la capacité du judo a véhiculer des valeurs positives. Ce périple a été filmé et une vidéo produite par l'IJF dans le cadre de la série Judo for the World et sera prochainement publiée.


Insta du jour : Gévrise Emane en Iran

Réagir à cet article