Arbitrage, les nouvelles règles en questions

Judo : les actualités du judo en France et dans le monde / Interview / jeudi 14 fevrier 2013 /


« Alors l’arbitrage, ça donne quoi ?» Ceux qui étaient à Paris ce week-end ont sans doute entendu cette question depuis le début de la semaine. A chaud nous vous livrons nos premières impressions.

Limiter les possibilités d'attaque pour favoriser l'offensive n'est-ce pas un non-sens ?
Cela pourrait ressembler un sujet du baccalauréat de philosophie : « la créativité s'exprime-t-elle mieux dans un cadre restrictif ? ». Censé favoriser les beaux judokas, le nouveau règlement n'a pas forcément consacré les combattants les plus techniques ce week-end. Il faudra attendre d'avoir un peu plus de recul pour voir si une tendance se dégage, mais il semblerait que les profils longilignes et puissants comme le Tchèque Krpalek soient plutôt à leur avantage.

Y-a-t-il trop de shidos ?
C'est l'une des remarques les plus entendues, notamment dans la bouche des athlètes, les pénalités montent vite. Puisqu'elles ne donnent plus de valeur à l'adversaire, les arbitres peuvent se permettre d'appliquer le règlement à la lettre et d'infliger des shidos rapidement. Certains le font avec discernement pendant que d'autres se contentent d'appliquer le règlement à la lettre. Résultat : on a vu des athlètes disqualifiés alors que leur comportement au cours du combat ne le justifiait pas. On peut donner en exemple la Japonaise Udaka battue par Automne Pavia, ou encore la Coréenne Jeong Gyeong-Mi sortie par Lucie Louette (voir la vidéo).

Que peut-on faire contre les makikomi ?
Les adeptes de makikomi vont se régaler, il n'existe à ce jour plus aucun moyen de les contrer, et ils peuvent de surcroît se servir de cette technique pour « faire lâcher» la main au revers. Une question dans la question : «makikomi est-ce le judo que l'on veut voir ?»

L'interdiction de faire lâcher à deux mains est-elle une bonne chose ?
Certes on a vu moins de bataille de kumi-kata qu'auparavant, ou sous une forme différente avec une première saisie installée rapidement. On constate par contre que ceux qui se servent de la main au revers pour tenir l'adversaire à distance se retrouvent dans une position confortable, puisqu'à une main les combattants ont pour l'instant beaucoup de mal à faire lâcher. On enlève également l'opportunité d'attaquer après avoir fait lâcher comme Ugo Legrand ou Lucie Decosse savaient bien le faire. On aurait préféré que le règlement oblige à attaquer immédiatement après avoir fait lâcher. On peut se demander également si les athlètes et leurs entraîneurs ne vont pas trouver rapidement des techniques pour faire lâcher à une main. Ce qui est sûr c'est qu'ils ont déjà commencé à chercher...

Moins de golden score, est-ce un bon indicateur ?
On ne peut que se réjouir de la baisse significative du nombre de golden score, néanmoins on ne peut pas considérer que ce soit un indicateur fiable pour indiquer que le judo pratiqué est plus offensif. La raison est mathématique, il faut désormais obtenir une égalité sur les avantages et sur les pénalités pour que le combat aille au-delà de son terme. Exemple : Si avant un yuko d'un côté et deux shidos de l'autre prolongeaient le combat au golden score, il faut maintenant que chaque combattant ait un yuko et deux shidos à son tableau de marque pour que l'égalité soit avérée, et forcément c'est plus difficile.

Doit-on continuer à sacrifier l'héritage de Kano ?
Après kata-guruma (dans sa forme classique) et morote-gari, c'est au tour de te-guruma, de sukui-nage ou encore de kuchiki-taochi de passer à la trappe. D'autres techniques comme eri-seoi-nage ou hikikomi-gaeshi vont devenir plus difficiles à mettre en place puisque les combattants doivent désormais attaquer immédiatement après avoir installé une saisie croisée ou une saisie à la ceinture. Petit à petit, nous sacrifions sur l'autel de la compétition l'héritage technique laissé par Jigoro Kano, avec certaines techniques qui n'existeront plus que dans les katas.

Et les éléments positifs ?
Même s'il y a beaucoup d'interrogations et des points qui mériteront sans doute d'être de nouveau examinés, on a également recensé plusieurs éléments positifs. Le premier d'entre eux, c'est l'obligation qu'on désormais les judokas d'attaquer lorsqu'ils sont menés, puisqu'il n'est plus possible de remonter grâce aux pénalités. L'incidence sur les comportements a été réelle, même s'il y a des effets pervers puisque celui qui mène peut plus facilement gérer son avantage. Ensuite, le nombre de ippons, notamment le deuxième jour, a semblé important, mais ce n'est qu'une impression qui sera rapidement confirmée ou infirmée par les chiffres. Enfin le ne-waza qui effectue son grand retour, notamment parce que désormais les combattants en position de défense ne peuvent plus bloquer directement les chevilles de leur adversaire.

Pour conclure...
Avec seulement deux jours d'observation et avec des athlètes pas encore adaptés, il serait très imprudent de porter des jugements définitifs. Le chamboulement est important et seul le temps nous dira si le judo va dans la bonne direction. A travers ce questionnement qui reprend une partie des réflexions entendues durant le week-end, nous souhaitions vous faire partager nos sentiments à chaud. Nous attendons aussi vos remarques et vos commentaires pour enrichir le débat.



Réagir à cet article

  • law28 - le 19/03/2013 à 09:09

    Et, habituellement, je n'ai rien contre les gens qui n'arrivent pas à assimiler d'autres techniques que kata-guruma ou ura-nage, mais là, en particulier, si.

  • law28 - le 19/03/2013 à 08:58

    Je comprends que je ne t'intéresse pas, "Sakuraba". Je viens de comprendre. Il m'en a fallu du temps. T'as vu ? Moi non plus, je ne suis pas très intelligent. Avec un pseudo comme le tien, je pensais que tu lisais des mangas, cool. Mais non, forcément, tu es un fan de MMA où les règles sont très limitées et tu "admires" Kasushi Sakuraba. Alors, évidemment, dès qu'il y a un minimum de règles à respecter ou le moindre changement, ça te gêne. Même si je n'ai rien contre le MMA ou le sambo, ce n'est pas du judo. Si tu as envie de donner des coups de poing ou des coups de pied, va faire du sambo. Si tu veux faire des arrachages, va faire de la lutte et emmène "les autres qui t'ont compris" comme tu le dis. Ou passe tes kata ! T'as du mal à assimiler d'autres techniques que kata-guruma ou ura-nage ? Personnellement (ça ne veut pas dire que je suis tout seul. Moi aussi j'ai "les autres" qui me comprennent), j'aime bien le changement qui est en train de se mettre en place. Tout n'est pas génial, mais dans l'ensemble, ça se tient. Le judo ne doit pas ressembler à du MMA ou du sambo. Et c'est pour ça que j'écris et que je continuerai à écrire sur all judo : pour pas qu'il n'y ait que des gens contre qui s'expriment. Et surtout qu'ils fassent croire que la majorité des gens est d'accord avec eux ! Bon allez, bisous aussi. Je retourne faire des roulades et arbitrer des poussins. Et, j'insiste des fois que j'aie été mal compris, je n'ai franchement rien contre les autres sports de combat et les gens qui les pratiquent. C'est juste pas du judo. Et j'aime bien les bûcherons : je chauffe ma maison au bois.

  • sakuraba - le 16/03/2013 à 01:36

    bon law 28 ,j ais deja eu l occassion de lire tes commentaires,tu ne m interresse pas donc j vais arreter ,pense ce que tu veu on s en tape,si toi t as pas compris ce que j voulais dire tant pis pour toi les autres on compris c est l essentiel,allez bisous law et va faires des roulades ça va te detentre

  • law28 - le 15/03/2013 à 09:24

    Et "c'est en faisant n'importe quoi que l'on devient n'importe qui". Il y en a un à qui ça a réussi ... Ça a réussi aussi à des judoka ... Tant mieux pour eux. Mais maintenant, il va falloir attaquer pour gagner. Sans fausse attaque, nous sommes nombreux à être d'accord. Et les arbitres pénalisent de plus en plus ces situations. Et critiquer, je peux le faire quand c'est nécessaire. Nous ne sommes pas en train d' "appauvrir" le judo, nous sommes en train de réveiller le judo de compétition qui s'endormait. Et si tu préfères admirer les judoka qui défendent, c'est ton choix. Pour ma part, je préfère admirer les judoka qui attaquent, qui bougent, qui mettent du "rythme dans leur judo". Je l'ai déjà dit par ailleurs, j'aime bien le judo de Dimitri Dragin. Il ne gagne pas tous ses combats parce qu'il dépense beaucoup d'énergie et qu'il prend beaucoup de risques en attaquant. Pas en attendant le contre. C'est vrai que l'on prend beaucoup de risque à attendre le contre. Si l'arbitre est vigilant, il peut te pénaliser. Quelle "grosse prise de risque" !

  • ABEILLE - le 09/03/2013 à 01:24

    ABEILLE - le 9/3 à 13:39 ABEILLE - le 9/3 à 13:37 ABEILLE - le 9/3 à 13:32 en fait, l'urgence serait de faire en sorte qu'on ne s'ennuie plus à regarder des combats où les athlètes (car ce sont bien des athlètes très très fortement préparés physiquement)qui attendent les pénalités en bloquant en bout de manche , avec ou pas le pouce dedans et la fin des fausses attaques (vous savez, celles qui n'ont aucun déséquilibre, ni dos tourné, ni intention de PROJETER) mais qui gagnent (cf Emane qui gagne sans marquer un seul yuko....)donc on en revient à la formation aussi des arbitres, des stages mondiaux sont urgents aussi pour que l'issue des combats ne dépende pas uniquement de la façon d'arbitrer si différente d'un tapis à l'autre. Quand un arbitre sanctionne les fausses attaques, les sorties volontaires du tapis, la face du combat change et on voit enfin le retour du JUDO (en règle générale) et c'est ce qui permettra peut être de le sauver.