Judo : les actualités du judo en France et dans le monde - Article

Mondiaux : le bilan français Article / mardi 1 septembre 2009 / source : alljudo.net


La France (3e) reste dans le peloton de tête du judo mondial, mais sa performance est bien inférieure à celle de 2007 (huit médailles dont deux en or).

Le bilan français tient sur une ligne : Riner en or, Jossinet en bronze et … Ribout en or !
Si l’on se réjouit naturellement des médailles de Riner et Jossinet, la bonne nouvelle pour l’équipe de France, c’est l’éclosion au plus haut-niveau de Morgane Ribout, victorieuse en -57 kg, dans une catégorie de poids où la dernière médaille mondial française remontait à 1997 (3e place de Magali Baton à Paris).  Après Emane en 2005, Riner en 2007, c’est cette fois-ci Morgane Ribout qui accède au podium mondial dès ses premiers championnats du monde, son titre rassure sur la capacité de la France à sortir régulièrement des athlètes de niveau international.
L’autre élément positif c’est le comportement des jeunes, Axel Clerget (22 ans) et Cyrille Maret (22 ans). A défaut d’avoir casser la baraque, ils ont fait ce que l’on était en droit d’attendre d’eux,  ils ont emmagasiné du vécu et ils ont identifié ce qui leur manquait pour franchir encore un cap. Ils sont dans les temps de passage pour 2012.
 
Mais ces points positifs ne doivent pas cacher la faillite de certains leaders. Dimitri Dragin, qui s’est pleint de ses relations avec le staff, a été très loin du niveau auquel on pouvait l’attendre, Benjamin Darbelet a peut-être fait la compétition de trop en -66 kg et Lucie Decosse évoque un gros manque de motivation. Pour Gévrise Emane, qui disputait sa deuxième compétition en -63 kg, ces championnats sont probablement venus trop tôt, car il faut souvent du temps pour bien négocier un changement de catégorie.

Si l’on peut se satisfaire du résultat comptable et de la troisième place obtenue par la France au tableau des médailles, on constate que son potentiel est largement sous-exploité. A charge pour le nouveau de staff de l’équipe de France, d’imposer sa patte, d’inculquer cette « culture de la gagne » qui semble faire parfois défaut,  pour tenter de faire mieux  l’année prochaine, à l’occasion des championnats du monde qui se dérouleront Tokyo.



Réagir à cet article