Judo : les actualités du judo en France et dans le monde - Interview

Sébastien Nolésini : « Un groupe talentueux » Interview / mercredi 20 mai 2009 / source : alljudo.net


Sébastien Nolésini, l’un des entraîneurs de l’AJ91-Longjumeau-Massy, revient sur la victoire de ses juniors lors des championnats de France par équipes, et évoque la montée en puissance de son club. Interview.

Les juniors de l’AJ91 ont remporté les championnats de France par équipes le week-end dernier (10-11 mai 2009). Comment s’est déroulée la compétition ?
Au premier tour on gagne 3-1 face au Dojo Sannoisien, mais en étant accrochés. J’ai tout de suite senti que les garçons n’étaient pas dedans et avant le deuxième tour, Franck Carillon et moi, nous leur avons remis un bon coup de pression. On se reprend bien face à Sarrebourg et on l’emporte 4-1. En quart de finale, on pensait prendre Asnières ou Orléans, et on se retrouve face à Monaco. Dans le premier combat, Quentin Joubert fait match nul face au champion de France Loïc Pietri, ce combat nous lance parfaitement et on passe 3-1. La demi-finale face à Nice à été difficile (3-2), les combats étaient serrés et, à deux reprises, on remporte des combats où l’on était menés. En finale on retrouve Chilly-Mazarin que l’on avait battu en finale du championnat de l’Essonne. Cette finale a basculé sur le premier combat (-73 kg) et sur le dernier (-66 kg). Sur le combat des 73 kg, Benjamin Andrieu mène wazari avant qu’un ippon soit accordé à Ricardo Leduc, le combattant de Chilly, sur une action très difficile à juger, avec une tentative de sumi-gaeshi d’un côté et un ramassement de jambe de l’autre. Du coup, tout s’est joué entre les -66 kg, Meignan et Gacemi. Gacemi mène deux shido à un, en s’étant contenté de faire monter les pénalités. Les arbitres se réunissent une première fois pour savoir s’ils doivent mettre hansokumake à Eddy Meignan mais ils ne le font pas. A 17 secondes du terme, ils se réunissent de nouveau pour la même raison, mais le quatrième arbitre intervient. Il signale que Gacemi se contente de plier son adversaire, qu’il domine de manière négative et qu’il doit être pénalisé également. Les arbitres ramènent le score à deux shido partout, et on emporte la finale grâce à ce match nul. Sur le coup on était un peu gêné vis-à-vis des gens de Chilly-Mazarin avec qui on s’entend bien. Maintenant les arbitres on appliqué la règle, ce qui est peut-être regrettable c’est de ne pas l’avoir appliquée dès le début du combat. Mais c’est le judo, lorsque c’est serré, ça peut basculer d’un côté comme de l’autre.

Un mot sur les combattants qui composent cette équipe…
C’est un groupe très talentueux que l’on va s’appliquer à garder et à faire évoluer. Le leader c’est Quentin Joubert (81 kg), qui était sur le podium national la saison dernière et pour qui cela s’est moins bien passé en individuel cette année. Ensuite il y a Kevin Nanor (60 kg) 5e du tournoi de France, et Clément Delvert (90 kg) qui fait 3e aux championnats de France pour sa première année junior. Ces trois là font parti des meilleurs juniors nationaux. Eddy Maignan (66 kg) et Benjamin Andrieux (73 kg) qui complètent l’équipe, ont le niveau national.

Est-ce que tu peux nous expliquer le fonctionnement de l’AJ91-Longjumeau-Massy ?
L’Alliance Judo 91 a été créé il y a 5 ans, elle résultait de l’association l’A.J. Orge, de l’E.S. Massy et de plusieurs clubs satellites. Puis le Judo Longjumeau 91 a rejoint l’AJ91, et cette saison le club est devenu l’AJ91-Longjumeau-Massy. Ce qui est intéressant c’est que nous, les professeurs, nous sommes tous d’anciens compétiteurs, la plupart issus de Longjumeau, et nous nous retrouvons maintenant à enseigner dans les clubs qui constituent l’AJ91. La structure permet aux judokas de rester dans leurs clubs mais, à partir de minimes nous leur proposons un entraînement en commun par semaine, puis deux pour les cadets-juniors-seniors. Ce fonctionnement nous à permis de devenir rapidement l’un des meilleurs clubs de l’Essonne, et depuis deux-trois ans nous nous illustrons au niveau national.

Alors que de nombreux clubs effectuent des stages au Japon, vous, vous êtes partis au Brésil. Qu’est ce qui a motivé ce choix ?
Le Brésil est un grand pays de judo, avec 1 million de pratiquants, des médaillés mondiaux, et une façon de pratiquer le newaza différente et très performante. D’un point de vue sportif c’est ce qui a motivé notre choix. L’autre raison c’est que nous voulions fédérer notre groupe autour d’un projet solidaire. En dehors des entraînements nous avons réalisé des interventions dans les favelas, en faveur d’enfants défavorisés. Ce stage a eu un impact énorme, nous avons très bien accueillis et le groupe a vécu ensemble pendant dix jours une expérience unique. C’est devenu un vrai groupe de potes, unis, qui aiment être ensemble, et cela se retrouve très nettement lorsque l’on combat en équipes.

Quels sont les objectifs du club pour les années à venir ?
L’objectif est simple : continuer à progresser. Nous avons obtenu des podiums nationaux en cadets, en juniors, en seniors, chez les filles comme chez les garçons. La prochaine étape, ce sera de décrocher des podiums 1e division. Avec les éléments que nous avons, si nous les gardons, d’ici 3-4 ans ce sera largement possible. Il y a de la place pour les clubs formateurs comme le nôtre, car les clubs qui font du haut-niveau se concentrent sur une petite élite d’athlètes.


Stages de judo à l'étranger : Brésil, Japon...
le site de l'AJ91 Longjumeau Massy

Réagir à cet article