Judo : les actualités du judo en France et dans le monde - Interview

3 questions à Kenzo Nakamura Interview / mercredi 21 mai 2008 / source : Alljudo.net


Champion du monde et champion olympique, Kenzo Nakamura a été l'un des judokas les plus forts de sa génération. Rencontré à l'occasion du tournoi de France juniors, où il encadrait l'équipe masculine japonaise, il a accepté de répondre à nos questions.

C’est la première fois que vous accompagnez l’équipe japonaise sur le tournoi de France juniors. Quelle est votre opinion sur le niveau du tournoi ?
Nous avons décidé d’amener cette année une équipe masculine dans la perspective des championnats du monde. Nous ne sommes pas déçus car le niveau est vraiment élevé. En Asie, le seul tournoi juniors qui soit comparable, c’est le tournoi de Corée, auquel nous participons chaque année.

Que pensez-vous de l’équipe japonaise qui va être amenée à disputer les Jeux Olympiques ?
Je n’ai pas trop confiance, et je pense que cela va être difficile pour nous. Notre problème c’est que lors des dernières années peu de jeunes sont montés, nous avons un problème de relève.Il y a Hiraoka et Ishii, c’est tout. Concernant ce dernier, j’ai été surpris qu’il prenne la place de leader des plus de 100 kg, dans la mesure où comme la plupart des observateurs japonais, je m’attendais à voir Muneta triompher. En revanche, on savait que pour Kosei Inoue cela allait être difficile au vu de ses dernières prestations.

La France s’apprête à mettre en application de nouvelles règles pour essayer de revenir à un judo plus classique. Pensez-vous, comme beaucoup de vos compatriotes, que les changements ne sont pas utiles, en partant du principe que si l’on pratique un bon judo, on doit gagner ?
Il me semble que le problème numéro un est celui de la saisie. Pour pouvoir faire du judo il faut pouvoir tenir l’adversaire par son judoji, hors actuellement ce n’est plus possible avec les vestes qui sont très épaisses et très cintrées. Je pense que c’est d’abord cela qu’il faut revoir.


Le palmarès de Kenzo Nakamura

Réagir à cet article