Judo : les actualités du judo en France et dans le monde - Article

Les nouvelles règles du judo français en questions Article / mercredi 14 mai 2008 / source : alljudo.net


La saison 2008-2009 marquera le début d’une nouvelle ère pour le judo français qui s’est lancé dans un profond changement de ses règles techniques. Si cette expérience pilote s’avérait positive, elle pourrait alors s’étendre au niveau international. Tour d’horizon.

Pour quoi de nouvelles règles ?
L’objectif de ce nouvel arbitrage est de respecter les fondamentaux du judo. C'est également rendre la pratique de compétition plus attractive, garder en référence l’application des fondamentaux dans la recherche du ippon (kuzushi, tsukuri, gake).

Qui est concerné ?
Cette nouvelle règle concerne toutes les compétitions sauf :
- les championnats seniors 1ère division, individuels et par équipes,
- les règlements spéciaux des jeunes.

Qu’est-ce qui change au tableau d’affichage ?
Les marques sont : le yuko, le waza ari, le ippon. Le koka est abandonné.
La décision est obligatoire, le golden score est abandonné.

Qu’est-ce qui change au niveau des pénalités ?
- Le premier avertissement pour non combativité est gratuit. En cas de récidive, shido. Dans tous les autres cas de fautes, les pénalités sont immédiates.
1e shido > yuko à l’adversaire
2e shido > waza ari à l’adversaire
3e shido > hansoku make
- Pour décerner la victoire, la technique prime sur la pénalité.

Qu’est-ce qui change dans la liaison debout/sol ?
- En cas de fausse attaque : il faut laisser la possibilité à Uke d’enchaîner au sol et donner la pénalité à Tori sans interrompre le combat.
- Toute technique de projection pratiquée avec un temps d’arrêt significatif ou avec des reprises d’appuis répétées, est considérée comme liaison debout/sol. L’arbitre ne donne pas de valeur, mais laisse la possibilité de poursuivre en ne waza.

Qu’est-ce qui change en bordure ?
- Pour qu’une action en bordure soit valable, il faut qu’une partie du corps d’un des deux combattants soit encore dans la surface de combat avant le déclenchement de l’attaque.
- La sortie de tapis volontaire (fuite de Uke pour éviter l’attaque de Tori) doit être sanctionnée par shido.

Qu’est-ce qui change en osae-komi ?
- les temps d’osaekomi :
5 à 14s > yuko
15 à 19s > waza ari
20s > ippon
- En osaekomi, en bordure avec sortie de tapis, l’arbitre doit laisser continuer le combat et annoncer toketa uniquement sur une sortie technique de Uke.
- Le principe d’osaekomi est précis : Pour valider l’osaekomi, Tori doit contrôler Uke sans être lui même contrôlé. (En osaekomi, si Uke entoure la jambe de Tori à l’envers, il n’y a pas toketa.)
- Dans le travail au sol, pour obtenir le matte, Uke doit se relever ou soulever Tori en étant lui-même en position de force et de contrôle.

Qu’est-ce qui change dans les projections ?
- Respect de l’axe de projection : sur les techniques de projection comme seoi nage, lorsque Uke passe dans le dos de Tori et chute à l’opposé de la direction initiale : pas de valeur annoncée. Il faut déterminer l’axe de la chute et tenir compte de la médiane du dos de Tori.
- Sur toutes réactions techniques de Uke, bien définir s’il y a défense ou gaeshi waza. Dans les situations de gaeshi waza, il faut donner la valeur à celui qui contrôle l’action de projection finale. En cas de doute, ne pas donner de valeur.
- Pour valider le contre de sumi gaeshi, Uke doit supprimer la jambe d’appui de Tori.
- Toute saisie du pantalon est interdite. Les saisies de jambes sont autorisées après garde installée à une ou deux mains et attaque immédiate.
- Une technique de projection commence lorsque Tori est en position debout et continue jusqu’au sol sans arrêt significatif.

Qu’est ce qui change dans la gestion du combat par les arbitres ?
- Bien différencier le judo négatif du judo passif.
- Bien différencier une domination outrancière au kumikata et une position d’attaque. Il faut faire la différence entre la préparation d’attaque et la non combativité.
- Les phases de construction et de préparation d’attaque doivent avoir suffisamment de temps pour se développer. Au-delà, avertissement puis shido.
- Le judo, c’est gagner avec le plus gros avantage et non avec le cumul d’avantages. L’arbitre doit mémoriser tout le combat afin de donner la bonne décision en faveur de celui qui a marqué le plus gros avantage et non en fonction du nombre d’avantages.

Et quoi d’autre ?
- Les championnats d’inter-régions deviennent les demi-finales des championnats de France.
- Poursuite de l’expérimentation d’un arbitre central + 1 ou 2 juges à la table sur la Coupe de France des Entreprises, Coupe de France 3e division, rencontres vétérans. Extension de cette expérimentation aux compétitions minimes et loisirs.
- Lors des championnats de France chaque combattant devra se munir de sa ceinture rouge personnelle, excepté lors des championnats de France 1e division (individuel et équipes) ou les combattants devront se munir d’un judogi bleu.
- Suppression du circuit de qualification senior.



Réagir à cet article