Judo : les actualités du judo en France et dans le monde - Interview

Barbara Harel : 'Une victoire qui fait du bien' Interview / mercredi 20 fevrier 2008 / source : alljudo.net


En s'imposant au tournoi World Cup de Budapest (HUN), Barabara Harel a marqué des points importants dans la course au quota olympique, et elle a emmagasiné de la confiance. Néanmoins, l'Orléanaise ne se projette pas encore sur Pékin. Interview.

Bonjour Barbara, est ce que tu peux nous raconter ton parcours victorieux à Bucarest ?
Au premier combat, face à la Monghol Erdenet Od, je marque yuko sur un balayage, puis koka sur yoko-tomoe-nage, et en sortant je me suis dit que la journée allait être dur, car je me sentais un peu à la mort. Au deuxième combat, face à la Hongroise Karakas qui est hyper-agressive, j’en ai bavé aussi avant de la contrer sur uchimata, et je me suis sentie soulagée de lui avoir mis la boîte. Ensuite je rencontre l’Espagnol Aguirre, et j’ai senti qu’elle aussi était un peu émoussée, je marque ippon sur yoko-tomoe-nage. En demi-finale, je prends la Slovène Dzukic, qui m’a vraiment gênée. Elle est très brouillonne, elle avance tout le temps et elle met beaucoup de pression, mais je réussis à lui mettre ippon sur yoko-tomoe-nage. Enfin en finale, je retrouve la Néerlandaise Gravenstijn, qui m’a souvent battu sur des combats importants, comme la place de troisième des Jeux Olympiques 2004 et des championnats du monde 2003. J’avais une tactique bien définie qui était d’être mobile et de ne pas me laisser fixer, et ça a fonctionné, puisqu’elle se fait pénaliser à 1’20s de la fin, et je gagne sur ce petit avantage. Cette victoire me fait vraiment du bien, car je n’avais pas gagné depuis longtemps. C’est bon pour la confiance, et je sens que mon judo est là.

Depuis Sofia (5e) et Paris (5e) on sentait que tu revenais bien. Comment tu expliques ce retour en forme ?
Déjà, après les championnats de France par équipes j’ai entrepris un gros travail physique. Ensuite, il y a le rôle de Cathy Fleury qui m’a aidé à retrouver de la confiance. Elle est présente, elle me soutient, elle me fait travailler, et quand ça ne marche pas très bien c’est important de sentir quelqu’un qui croit en vous. Ensuite, avant Sofia j’ai fait un petit régime (2-3 kilos) et depuis je me maintien correctement au poids. C’est important de ne pas laisser trop de forces dans le régime car j’ai un judo qui demande de la fraîcheur.

Est-ce que tu sais où tu en es au niveau des points au classement européen ?
Oui bien sûr, toutes les filles de la catégorie connaissent le classement et en fonction des performances de chacune on sait quels sont les changements. La victoire de ce week-end me permet d’être cinquième avec 28 points d’avance sur Gravenstijn. En fait je suis sixième, mais comme devant moi il y a deux Allemandes, pour la qualification olympique je suis cinquième. Maintenant tout peu changer très vite, et il va falloir être performante à chaque compétition. J’essaye de ne pas me focaliser sur les points au moment d’aborder les tournois, je préfère me concentrer sur mon judo.

Tu as disputé deux fois les Jeux Olympiques (2000 et 2004), quel est selon toi l’élément décisif pour gagner ce jour là ?
Je ne veux pas trop me projeter sur les Jeux, car la catégorie n’est pas encore qualifiée et je ne suis pas sûre d’être titulaire. Maintenant concernant mes expériences passées, en 2000 j’étais étonné d’être là, puis en 2004, j’ai fais la saison avec une blessure au genou contractée lors du tournoi de Paris. Ce que je retiens c’est que c’est très particulier, il n’y a qu’une catégorie par jour, il y a une pression médiatique et sportive importante. Pour gagner, il faut être prêt à prendre tous les meilleurs.

Liens Utiles Le palmarès de Barbara Harel
Le site de l’US Orléans Loiret



Réagir à cet article