Judo : les actualités du judo en France et dans le monde - Blog

Le beau judo n'existe pas ! Blog / lundi 20 mai 2019 / source : alljudo


On entend parfois certains dire : « oui il gagne, mais ce n'est pas beau » tandis que d'autres se proclament « défenseurs du beau judo ». Mais le beau judo existe-t-il ? Pas sûr ... Par Laurent Mathieu

Le beau judo est une notion à laquelle bon nombre de judokas sont attachés. Les dirigeants l'évoquent pour justifier les changements de règlement, les professeurs pour caractériser leur manière d'enseigner et les combattants pour définir leur approche du combat, et parfois, même, pour justifier leurs défaites.

Mais à l'inverse de la gymnastique ou du patinage artistique, le judo n'est pas un sport de production de forme. C'est un sport de combat où la finalité est de faire tomber, d'immobiliser ou de soumettre. Le judoka n'est pas noté sur l'exécution de son geste. Le judo n'a pas à être beau car par nature il se doit d'être efficace, son principe c'est celui de « de l'efficacité maximum » imaginé par Jigoro Kano.

Pour atteindre la finalité le judoka pouvait avant les changements de règles, utiliser toutes les techniques imaginables à l'exception de celles jugées dangereuses. En interdisant les saisies aux jambes, l'IJF dans sa volonté de vouloir rendre le judo plus spectaculaire, a dénaturé l'activité judo en y intégrant un élément de forme : pour gagner on doit désormais atteindre la finalité d'une certaine manière. C'est comme si au foot on décidait que seules les reprises de volées et les buts de la tête étaient autorisés.

Dans l'esprit de ceux qui pensent défendre le beau judo, les techniques classiques (o-soto-gari, uchi-mata, seoi-nage) ont une valeur supérieure aux techniques de contre, d'arrachée ou encore aux ramassements de jambes - qui font pourtant toutes parties du gokyo originel -. Cette vision restreinte, qui ne s'intéresse qu'à la technique utilisée, ignore que le judo ce n'est pas seulement l'exécution d'un geste, mais qu'il s'agit de déséquilibrer l'adversaire et de lancer une attaque appropriée dans le bon timing.

En réalité, c'est lorsque ces trois éléments sont réunis - déséquilibre, timing, maîtrise du geste - que le judo est beau, et ce quelle que soit la technique de judo utilisée. Pour ceux qui seraient septiques, je leur pose cette question : est-ce qu'un o-soto-gari réalisé en force en garde croisée est un plus beau mouvement de judo qu'un te-guruma réalisé avec facilité dans le bon timing ? La réponse est non ! La technique utilisée n'est que la partie visible de l'iceberg, le catalyseur qui permet l'expression des principes.

Parler de beau judo est donc de mon point de vue une erreur, on devrait plutôt parler de bon judo, de judo juste ou tout simplement.... de judo !

 



Réagir à cet article

  • AXLEMAN - le 20/05/2019 à 06:38

    J'irai même plus loin dans la réflexion...le "beau" judo n'a certainement pas les mêmes critères au Japon en Géorgie ou en France. De plus, le "beau" judo d'Okano (des années 60) ne sera (ne serai) surement pas perçu de la même façon aujourd'hui dans son pays d’origine voire dans d'autres pays. Même réflexion pour ce qui concerne les groupes sociaux ou les classes sociales. Il est fort à parier que les "bourgeois" ont une définition du "beau" judo et que les ouvriers en ont une autre. Par conséquent, quels termes doit-on utiliser pour une pensée commune?! Judo "stylé" comme diraient les jeunes aujourd'hui?!