Judo : les actualités du judo en France et dans le monde - Article

Pas d'or pour les bleus Article / samedi 11 fevrier 2017 / source : alljudo


Les Françaises remportent 4 médailles (2 argent, 2 bronze) lors de la 1e journée du Grand Chelem de Paris. Les masculins doivent se contenter de deux septièmes places.

Ce n'est pas une surprise, mais un constat qui s'impose. La lutte pour le leadership national chez les -57kg et -63kg va être intense. Deux françaises se sont classées dans chacune de ces catégories. Les masculins français n'ont gagné aucune médaille. Grâce aux titres d'Abe, Takato et Hashimoto le Japon est en tête du classement des médailles à la fin du premier jour.

Clarisse Agbegnenou-Tina Trstenjak. Une affiche que l'on a l'habitude de voir. Comme à Rio, l'an passé ou à Astana, il y a deux ans, c'était l'affiche de la finale. Pour sa compétition de reprise individuelle, la Française a fait le boulot. Rarement inquiétée, elle a toujours su trouver la faille. Mais en finale elle a subit une nouvelle fois la loi de la Slovène qui après avoir subi la puissance de « Agbe » en début de combat a trouvé la solution sur immobilisation au terme d'un étourdissant travail en newaza, pointant une nouvelle fois les lacunes françaises dans ce secteur.

Priscilla Gneto a remporté sa première médaille internationale en -57kg. Tactique, efficacité, physique, la médaillée de Londres a proposé un judo séduisant, gommant sa montée de catégorie. En place de trois, deux waza-ari lui permettent de surclasser la championne olympique en titre, Rafaela Silva. Un combat référence. Seule ombre au tableau, une défaite en demi-finale contre Hélène Receveaux. La combattante de l'US Orléans a réalisé la journée quasi-parfaite. Trois combats, trois victoires par Ippon avant de buter sur l'obstacle Kwon en finale. Une défaite par deux waza-ari qui laisse des regrets tant la combattante de 25 ans avait dominé les débats. Que ça soit sur sa clé de bras au premier combat ou son uchi-mata contre Gneto, son judo est plaisant et efficace. Classée numéro 2 mondiale et à l'absence d'Automne Pavia, elle a désormais les cartes en main pour s'imposer sur les prochaines échéances internationales.

Il faudra aussi compter sur Margaux Pinot. La championne de France a réalisé une belle journée, ne s'inclinant que face à la championne olympique Trstenjak en demi-finale. En se classant sur six tournois en huit sorties internationales depuis sa descente en -63kg, il y a un an, la combattante du Blanc-Mesnil confirme les espoirs placés en elle durant ses années jeunes.

Astride Gneto (5e en -52kg) échoue au pied du podium. Les combattantes kosovares lui ont barré la route. En quart c'est Kelmendi qui l'expédie en repêchages, puis dans le combat pour la troisième place elle se fait étrangler Krasniqi.

La catégorie des -48kg a peut-être trouvé un nouveau souffle avec l'arrivée d'Anaïs Mosdier qui décroche à 18 ans une prometteuse 5e place. La vice-championne de France a livré des prestations convaincantes face à des combattantes comme la Brésilienne Larissa Faria ou l'Israelienne Shira Rishony. Elle s'incline face à deux judokates du top-niveau mondial : la mongole numéro 1 Munkhbat en quarts et la médaillée de bronze des Jeux de Rio, la Japonaise Kondo pour le bronze. Un contre de la Japonaise aura raison des espoirs de médailles de la jeune Française. Pas de breloques pour elle, mais de belles promesses pour l'avenir. Mélanie Clément, septième, pourra également construire sur les bases de ce Grand Slam.

Vincent Limare se classe aussi septième. Mais pour le -60kg, c'est une déception après la médaille d'argent gagnée ici-même l'an passé. L'élimination de Walide Khyar dès le troisième tour ayant été la mauvaise surprise du jour. Alors qu'il dominait les débats le champion d'Europe se fait marquer un wazari décisif durant le golden score par le Coréen Kim. Comme aux Masters, comme à Rio et comme au Portugal la semaine dernière...

Loïc Korval conclut son baptême chez les -73kg avec une septième place. Sans une blessure, le Français aurait pu viser plus haut. Dominateur face à l'Ouzbek Farmonov pour commencer, il a été stratège pour se défaire de Lasha Shavdatuashvili après trois minutes trente de golden score. Pénalisé trois fois en quart contre l'Israélien Butbul, l'ancien -66kg est sorti du tapis en boitant bas. C'est la dernière image qu'on a eue de lui aujourd'hui, sa blessure l'empêchant de remonter sur le tapis en repêchages. Cette septième place, qu'il faudra confirmer, le positionne comme une solution crédible pour les championnats à venir.

Hifumi Abe a été la sensation du jour. Chez les -66kg, rien ne lui a résisté. Dominateur et rarement mis en danger, c'est avec une médaille d'or autour du cou que le Japonais de 19 ans repart de Paris, enchaînant sa troisième victoire en Grand Chelem consécutive, la première à Bercy.

 


Les résultats du Grand Chelem de Paris 2017

Réagir à cet article