Judo : les actualités du judo en France et dans le monde - International

Les Français prennent des points à Abu Dhabi International / dimanche 30 octobre 2016 /


Trois titres, une médaille d'argent et une médaille de bronze ont permis aux Français de terminer en tête à Abu Dhabi et de faire le plein de points.

Ce week-end au Grand Chelem d'Abu Dhabi, c'est une jeune équipe de France qui s'est dévoilée. Si le label du tournoi était sur-évalué notamment chez les féminines, il fallait quand même performer. Et Avec trois titres, une médaille d'argent et une médaille de bronze, c'est chose faite.

Les -48kg était sans doute la catégorie la plus relevée du tournoi. Seulement huit à concourir, mais un podium détonnant à la clé. La victoire revient à la Mongole Galbadrack, médaillée de bronze à Rio et numéro 3 mondiale. Nikolic, une jeune serbe en pleine progression s'offrait en demi-finale un bel exploit en balayant l'autre Mongole, la numéro un mondiale et championne du monde 2013 Munkbhat, qui doit se contenter du bronze. Le podium est complété par la brésilienne Brigida. Les jeunes française n'ont pas réussi à créer l'exploit. Séphora Corcher (5e) remporte le duel face à Cheyenne Mounier (7e) lors du combat de repêchage, sur un sjoli uchi-mata. 

Après ses médailles de bronze aux Grands Prixs de Budapest et Zagreb, Cédric Revol accroche une troisième médaille de bronze consécutive. Initialement remplaçant, il profite du forfait de Vincent Limare pour saisir une nouvelle fois sa chance. Etranglé en quart par le Russe Oguzov, il retrouvait alors Vincent Manquest en repêchage et s'imposait d'un shido au golden score. Pour le bronze il domine le Russe Mshvidobadze grâce à un yoko-tomoe-nage (yuko) et un impeccable seoi-nage (ippon). La victoire revient au jeune espagnol Garrigos auteur notament d'un bel uchi-mata sur Manquest en quarts.

Dans la famille Gneto, je voudrais la petite soeur. Dans une catégorie, sans grande tête d'affiche, Astride Gneto a dominé son sujet tout au long de la journée, faisant preuve d'intelligence tactique face à des adversaires en panne de solutions. En finale, un magnifique osoto maki-komi face à l'américaine Delgado lui offre 500 points et un bond en avant à la ranking list. Elle se positionne pour reprendre le flambeau familiale en tant que leader de la catégorie.

En -66kg, le champion de France 2015 Mathias Boucher, qui n'a pas eu souvent l'opportunité de se montrer, rate le coche. S'il s'impose sur un jeune polonais au premier tour, il sera successivement battu par l'expérimenté Portugais Oleinic et par le spectaculaire Brésilien Chibana. 

En moins de -57kg, Hélène Receveaux tient son rang (n°5 mondiale) en l'emportant, et elle marque son territoire dans une catégorie qui sent la poudre au niveau national. Avec suelement sept combattantes dans le tableau, elle commençait sa compétition en demi-finale en battant Lola Benarroche au jeu des pénalités. En finale, il lui fallait 51s avant d'étrangler l'Allemande Stoll.Bennaroche s'empare du bronze, et grimpe sur un podium 100% franco-allemand.

En -73kg, pas de représentant français mais du spectacle et une finale surprenante remportée par le Suédois Macias face au 'monstre' Orujov (vice-champion olympique et numéro 1 mondial). l'Azéri avait ouvert le score (yuko) mais le suédois Macias répliquait sur un « pied de biche » (wazari). Peu auraient parié qu'il résisterait trois minutes à un Orujov agacé, mais il surprenait l'Arena, et se parait d'or. Scvortov quant à lui faisait rugir le public en apportant la première médaille dans le panier émirati. La seconde médaille de bronze ira au Russe Mogushkov.

Margaux Pinot (5e en -63kg) qui restait sur deux victoires en Gand Prix échoue au pied du podium. Elle s'incline en demi-finale face à l'Autrichienne Unterwurzacher, puis pour la médaille de bronze face à la Brésilienne Quadros. La finale est remportée par la Hollandaise Franssen, émue aux larmes. 

A 'domicile' l'ancien Moldave Sergiu Toma (UEA) a fait la fierté de son pays d'adoption. Récent troisième des Jeux Olympiques, il surfe sa frande forme actuelle et s'impose face au brésilien Penalber sur un wazari discutable. Mais l'important est ailleurs : l'Arena est en feu, et le héros local croule sous les félicitations des princes venus en nombre assister à l'évènenement. Le podium est complété par le vice-champion du monde 2011, le Monténégrin Mrvaljevic et par le jeune hollandais De Wit. La délégation française orpheline de Julian Kermarec, forfait pour blessure, n'alignait personne dans cette catégorie.

Du haut de ses vingt ans, Marie-Eve Gahié a affiché une belle maturité. Déjà victorieuse aux Grands Prix d'Almaty et de Samsun, elle confirme son aisance au niveau mondial. Sur son passage elle domine successivement la Turque Bakkacak, l'Anglaise Yeatsbrown, et en finale face à la Brésilienne Portela. Un parcours intéressant pour Gahié qui prend position pour la succession de Gévrise Emane.

Axel Clerget (90kg) continue de performer en se parant d'argent. Médaillé de bronze au Grand Chelem de Baku, vainqueur du Grand prix d'Almaty, ces 300 nouveaux points devraient lui permettre d'atteindre le top 8 mondial. L'or revient au Serbe Kukolj qui profite d'une attaque sans doute superflue du judoka de Sucy, pour le contrer dans la dernière minute alors qu'il était mené.

En moins de 78kg, les deux Françaises, Madeleine Malonga et Samah Hawa Camara échouent toutes les deux au pied du podium avec une étonante similitude. Battues en demi-finale, elles laissent échapper la médaille de bronze d'un shido. La première face à la brésilienne Soares, la seconde face à la l'ukrainienne Turchyn. Un manque de réussite un peu frustrant pour les deux Française qui regardent la hollandaise Steenhuis s'imposer en finale d'un yuko face à l'allemande Wagner.

Le Russe Mammadov s'impose logiquement  dans une catégorie des moins de 100kg assez faible. Dommage, il n'y avait aucun représentant français pour prendre des points.

Chez les lourdes, la brésilienne Athleman s'est remis de son échec à Rio en montant sur la plus haute marche du podium. Elle l'a emporté en finale face à l'allemande Weiss, ippon. La biélorusse Slutskaya et la lituanienne Pakenyte complètent le podium.

Très en forme il y a deux semaines à Glasgow, Nabil Zalagh (7e) n'a pas réussi a confirmé la belle impression laissée en Ecosse. Battu wazari-ippon par le Biélorusse Vakhaviak (2e), puis ippon en repêchage par le brésilien Moura (3e) il termine à une septième place peu significative. L'or revient au Roumain Natea déjà vanqueur du Grand chelem d'Abu Dhabi en 2014.


Résultats et Vidéos du Grand Chelem d'Abu Dhabi

Réagir à cet article